Publié le
Vendredi 12 février 2016

La Coordination rurale cherche les élus européens

Mercredi, Yannick Jadot (EELV) avait toutefois mandaté son conseiller parlementaire mayennais Jean-Claude Braud. Un élu était présent : Claude Tarlevé, en charge de l'agriculture au conseil départemental. Les responsables régionaux du syndicat étaient, eux, venus en nombre. Ils ont fait passer leurs idées aux deux hommes politiques, ainsi qu'aux médias.
La CR a ainsi rappelé son attachement à la régulation. “Cela ne veut pas dire qu'on réduit la production, mais qu'on l'adapte au marché” décrit Catherine Laillé (44). Le syndicat réclame également d'harmoniser les charges fiscales, sociales et environnementales. Enfin, “il faut alléger nos contraintes environnementales”.


20 000 € de pertes



“Je vais perdre 15 000 à 20 000 euros par rapport à 2014. J'ai touché 1 400 € d'aides Fac” témoigne Olivier Chemin. “Ce matin, pour la première fois, j'ai hésité à faire venir le vétérinaire pour soigner un veau. Et cette crise touche tout le monde.” La preuve, “je vais aussi perdre 20 000 €”, confie le céréalier Juste Lhuissier, président de la Sarthe. “Nous voulions rencontrer les députés. Ils n'ont pas pris conscience du mal-être des agriculteurs” lâche-t-il amer. Une clause de revoyure de la Pac est prévue en 2017, lance Jean-Michel Braud. Peut-être une chance de la modifier ? La difficulté est que “l'Europe, c'est une majorité politique qui prend position”.


Sans pouvoir sur la Pac, Claude Tarlevé prend la température de la crise. “Je ne comprends pas les agriculteurs qui achètent des volumes de lait. J'espère qu'ils ont mené des études économiques avant.” La folie des grandeurs, voilà le problème, selon Jean-Michel Braud : “Nous défendons une agriculture paysanne.” Les agrandissements s'accompagnent de dettes, bien lourdes en temps de crise.


Voir plus

Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche