Publié le
Vendredi 4 juin 2010

La Codema va élargir son zonage

La coopérative de déshydratation n'utilise pas totalement l'énergie que lui fournit le groupe Séché. Elle veut donc élargir sa zone. Six communes sont d'ores et déjà retenues. D'autres peuvent suivre. La Codema récoltera 1 200 hectares
de légumineuses. La première unité de la Codema n'utilisait que 30 % du biogaz fourni par le site d'enfouissement de déchets Séché. Déjà, il s'agissait d'un grand pas : nombre d'usines de déshydratation fonctionnent encore au charbon (même si c'est en cours de changement, vers une alimentation à la biomasse). L'outil ne tournait que pour la luzerne et autres produits fourragers, de la mi-mars à la mi-novembre. L'an dernier, la deuxième unité a été installée, à proximité du premier site et toujours du fournisseur d'énergie Séché. Cette fois, l'énergie qui alimente le séchoir est directement tirée de la vapeur qui jusqu'ici, s'échappait sans être valorisée. Le système peut alors fonctionner toute l'année.
Justement. L'année de rodage terminée, le conseil d'administration de la Codema a décidé de passer la vitesse supérieure. La zone existante pourrait se densifier, avec des dossiers d'adhésion en attente depuis des années parfois. “On pourrait compter jusqu'à 880 hectares”, indique Hervé Lhotellier, le nouveau président. Trop court : d'ici trois ans, la Codema veut récolter et sécher 1200 hectares de légumineuses. La collecte va donc s'étendre sur six nouvelles communes. On cite déjà dans le nord Larchamp et Saint-Denis-de-Gastines, ainsi que Denazé, Athée, Livré et Ballots dans le sud. “Mais si d'autres agriculteurs émettent le souhait de nous rejoindre, nous ne fermerons pas les portes.” Trois réunions de secteurs seront organisées dans la deuxième quinzaine de juin.
Le préfanage pour gagner
en productivité
La coopérative veut également travailler son efficacité. En 2010, 60 % de ses surfaces seront soumises au préfanage. “Cette fauche à plat permet un gain de 8 % en séchage, avant récolte, indique Hervé Lhotellier. Cela présente aussi un intérêt pour le transport, en diminuant la contenance en eau. Pour nous, cela réduit les besoins en énergies fossiles et augmente notre productivité”. La coopérative se charge elle-même des chantiers chez ses adhérents.
Graminées, maïs, légumineuses, tout compris, la Codema produit chaque année quelque 20 000 tonnes de matière sèche.

A noter a Les réunions pour l'extension de zone auront lieu, le 16 juin à la salle des fêtes de Ballots, le 21 juin à la salle des fêtes de Denazé, le 22 juin à la mairie de Saint-Denis-de-Gastines. Avec interventions du Clasel, du CER et de la chambre d'Agriculture. Toutes ces réunions débuteront à 10 h.

Voir plus

Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche