Publié le
Vendredi 5 juin 2015

L’installation et le foncier au cœur du programme du congrès JA

Nouvelle Pac, environnement, accès au foncier, traité transatlantique : l’actualité agricole 2015 “est bien fournie” fait remarquer Thomas Diemer, le président du syndicat national Jeunes Agriculteurs venu présenter mercredi, au Mans, le programme du congrès national. Sur les grands enjeux qui touchent directement l’avenir des jeunes générations, l’installation en est un. “On savait que la mise en route de la Pac allait être difficile mais là, à cette date, aucune aide à l’installation n’a été versée” déplore Didier Bourdin, le Sarthois de l’étape. “Il faut quand même souligner que cette dotation, d’une moyenne de 12 000 euros chez nous en Sarthe, permet aux jeunes qui démarrent de se sortir un revenu la première année. Nous sommes dans une situation anormale où de jeunes exploitants ayant lancé l’activité en janvier travaillent sans aucune sécurité.” “Or 95 % des jeunes installés en parcours aidés sont toujours agriculteurs dix ans plus tard” tient à préciser Thomas Diemer. “Tout le monde se renvoie la balle et personne ne peut dire où ça coince !” ajoute Didier Bourdin. Sur ce point, Jeunes Agriculteurs attend un signe du ministre de l’Agriculture. Invité à débattre le jeudi 18 juin, Stéphane Le Foll se prêtera au jeu des questions-réponses durant trois quarts d’heure.


Maîtriser l’accès au foncier et définir l’actif agricole



Inhérente à l’installation, la question de l’accès aux terres agricoles sera contenue dans un document national soumis aux congressistes. “Après enquête auprès des élus locaux, de la Safer, des notaires ou des syndicats de propriétaires privés ruraux, nous avons rédigé l’ébauche d’un rapport sur le foncier en France” raconte François Rihouet, agriculteur en Basse-Normandie et membre du conseil d’administration national. Cet outil de travail, dont la rédaction a pris un an, s’articule autour de quatre thématiques. L’installation et la préservation du foncier agricole en font bien sûr partie. Mais il pointe du doigt une “dérive” qui inquiète les syndicalistes : “Le travail à façon.” “Aujourd’hui, un propriétaire peut retirer une parcelle à un exploitant pour la donner à exploiter à un tiers” explique Didier Bourdin. “Cela met en danger l’équilibre même de l’exploitation.” Ce “tiers” pose question. “On délègue à des gens qui n’ont rien à voir avec notre métier, l’entretien du foncier agricole. C’est autant de chance en moins d’y installer un jeune porteur de projet” souligne François Rihouet. Jeunes Agriculteurs dénonce une situation de concurrence. “Les actifs agricoles doivent être prioritaires sur les aides publiques.” Pour obtenir gain de cause, le syndicat attend avec impatience le décret d’application qui permettra, via la Loi d’Avenir agricole, l’instauration d’un registre d’actifs…


Voir plus

Le journal
30 octobre 2020 - N° 44
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche