Publié le
Vendredi 5 septembre 2014

L’avenir des races locales passe aussi par la gastronomie

“La démarche des chefs crédibilise notre travail de producteurs et prouve qu’on est sur la bonne voie” explique Laurent Chalet, président de Pas bête la fête.
“La démarche des chefs crédibilise notre travail de producteurs et prouve qu’on est sur la bonne voie” explique Laurent Chalet, président de Pas bête la fête.

La 7e édition de la Fête de la vache nantaise et des races locales se déroule du 12 au 14  septembre au Dresny, sur la commune de Plessé. Cet événement, sans équivalent en ce qui concerne la promotion et le développement des races locales, avait rassemblé plus de 30 000 visiteurs en 2010.

L

a semaine dernière, à l'atelier de la Cantine du voyage à Nantes, Slow food Nantes a invité les producteurs de races locales pour un atelier du goût unique. Les chefs nantais Nicolas Bourget (La Raffinerie) et Ludovic Pouzelgues (Lulu Rouget) ont chacun élaboré un plat à base de viande de vache nantaise (veau et vache), accompagné des légumes d'Olivier Durand, maraîcher aux Sorinières. Le tout servi en mode dégustation. Un avant-goût de ce que les papilles des visiteurs testeront dans une semaine au Dresny, grâce au travail des chefs de quelques-unes des meilleures tables du département.

Un pari réussi


Ludovic Pouzelgues sera présent vendredi 12 avec ses collègues Nicolas Guiet (L'U.Ni à Nantes) et Frédéric Vaillant (Le Relais Saint-Clair à Guenrouët) pour un dîner à trois mains : le dîner des chefs. “Ils proposeront un menu d’exception pour mettre en avant et faire découvrir au plus grand nombre l’excellence des produits issus de races locales” explique Laurent Chalet, président de l'association “Pas bête la fête”. “Ils jouent à fond le jeu à nos côtés. Leur démarche crédibilise notre travail de producteurs et prouve qu'on est sur la bonne voie.”

Sur les 450 repas servis à l'assiette, objectif des organisateurs ce soir-là, 350 avaient trouvé preneur en milieu de semaine. Il est donc encore temps de réserver (1). Ces trois chefs, qui sont bénévoles, fermeront leurs restaurants pour l'occasion. Ils revisiteront le bœuf et le veau nantais par un bœuf nantais taillé à cru, coques et basilic, puis un veau nantais rosé, caviar d’Aubergines à la Bergamote, jus barbecue, pour terminer par un crousti des ronciers au Gwell (gros lait de vache Bretonne pie noir). Le tout à base de produits de saisons fournis par des producteurs locaux, pour 30 €.

Le repas pour honorer les hôtes du Nord


Invité d'honneur, le Nord sera aussi mis en avant le samedi soir au repas servi sous chapiteau. Bertrand Merlin, d'Arleux, proposera un menu avec tarte au Maroilles, carbonade flamande et frites du Nord, crème brûlée à la chicorée, le tout animé avec fanfares et carnavaleux.

Le village des races locales demeure le cœur de la fête. Il sera une grande vitrine d'exposition et un lieu de ressources pour leurs éleveurs. Avec plus de 35 races présentes, la fête de la vache Nantaise et des races locales constitue le plus important événement de leur promotion dans l'Ouest. Ces races défileront tout le week-end sur le ring central. Les invitées d'honneur cette année : la Bleue du Nord et la Rouge flamande.

Le vendredi, la formation, les jeunes et l'avenir seront à l'honneur avec les lycées agricoles et hôteliers. L'accent sera mis sur l'installation, la conversion et la transmission, au travers notamment du diagnostic de l’agriculture paysanne. Enfin troisième pilier de la fête, le village des initiatives solidaires intitulé : tous acteurs de notre santé.

Christian Evon

(1) : Réservations 02 40 51 88 49.

="text-align:>

Voir plus

Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche