Publié le
Vendredi 13 décembre 2013

Joël Limouzin (FRSEA) : “Sur les nitrates, on espère encore desserrer l'étau réglementaire”

Joël Limouzin est le président de la FRSEA des Pays de la Loire.
Joël Limouzin est le président de la FRSEA des Pays de la Loire.

Joël Limouzin est le président de la FRSEA des Pays de la Loire.

"Notre rencontre avec l'administration régionale me fait dire que l'étau réglementaire se desserre et qu'il ne faut pas baisser la garde. Les mesures régionales s'appliqueront à partir de l'automne 2014, c'est-à-dire qu'on privilégiera l'approche culturale annuelle. Un démarrage au milieu de 2014 n'est donc plus d'actualité... Concernant les ZAR et les ZES, il devrait être possible de prendre en compte des considérations techniques propres à chaque département, je pense à la Mayenne et à la Vendée, ce qui veut dire qu'au-delà de l'arrêté régional, des approches départementales seront à examiner dans chaque avec les préfets.”

“Sur la fertilisation des prairies et des Cipan à l'automne, on a plutôt le sentiment d'avoir été entendus pour aller dans le sens d'une valorisation tardive de l'apport des nitrates par minéralisation de l'azote. On espère encore faire bouger les choses. On a fait valoir que les Cipan pourraient être implantés jusqu'au 20 octobre, alors qu'ils ne le sont aujourd'hui que jusqu'au 15 septembre”. Ce qui permettrait en outre de s'affranchir de la règle des deux mois d'implantation avant de pouvoir fertiliser.

Epandages d'automne : le point-clé

La FRSEA s'oppose à la fin des épandages de lisier à l'automne. En effet, l'arrêté national propose une interdiction d'épandage du 1er  juillet jusqu'à la fin janvier pour les cultures implantées à l'automne (autres que le colza) pour des effluents de type II comme le lisier. Ainsi pour les Pays de la Loire, l’interdiction d’épandage de ce type d'effluents à l’automne sur cultures d’automne, et à l’automne et fin d’hiver sur les prairies, aurait des conséquences graves pour de nombreuses exploitations.

“Vingt unités d'azote apportés par un maïs grain présentent un grand intérêt agronomique pour la prairie.”

Le syndicat estime aussi avoir été entendu sur la prise en compte de l'azote efficace, par différence avec la quantité totale d'azote apportée, “car l'arrêté national nitrates y fait mention et que c'est bien de respecter les mêmes règles. Ce point-là n'est pas tranché”.


Christian Evon

Christian Evon

Voir plus

Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche