Publié le
Vendredi 11 avril 2014

Jean Arthuis : “Sans le Département, qui se chargera de mettre en œuvre l’aide sociale ?”

Jean Arthuis est sénateur UDI, et président du conseil général de la Mayenne. Il réagit à la déclaration de politique générale de Manuel Valls, mardi.

"Son discours, c'est de la communication, de l'esbroufe. Manuel Valls fait du Nicolas Sarkozy. Les mesures annoncées ne répondent ni aux exigences de compétitivité, ni à la réduction des dépenses publiques. L’allégement des charges sociales n’est pas à la hauteur de la nécessité et rien n’est dit sur leur financement. Le traitement spécifique du Smic ne va-t-il pas inciter à tirer les salaires vers le bas ? Cela va créer une trappe à bas salaires. Les chefs d'entreprise hésiteront à augmenter les salaires [en passant le seuil, les charges sociales ne seraient plus allégées].

Manuel Valls aurait intérêt à se souvenir de ses propositions, abandonnées lors des primaires socialistes, en faveur de la TVA sociale [mesure défendue depuis des années par Jean Arthuis].

Sur la réforme des collectivités territoriales, le Premier Ministre a raison d'annoncer la suppression de la clause de compétence générale. Il faut clarifier les compétences de chaque échelon. Mais dès lors, à quoi bon prévoir la suppression des départements en 2021 ? Manuel Valls nous a agacés quand il a redécoupé les cantons comme ministre de l'Intérieur, et maintenant, ceux qui seront élus en 2015 auront pour mission de fermer la maison ! Si on liquide l’institution départementale, qui se chargera de mettre en œuvre l’aide sociale ? De même pour les routes, ce n'est pas l'échelon communal qui peut permettre d'assurer leur continuité.

Quant à diviser le nombre de Régions par deux, ce serait pour faire quoi ? On leur accorderait un pouvoir réglementaire ? Cela supposerait que notre République- devienne un Etat fédéral. Ce n'est pas prévu... Alors où sont les économies ? Trois décrets récents vont obliger le conseil général à trouver 500 000 euros supplémentaires, pour revaloriser la rémunération de certains fonctionnaires. Cette contradiction me révolte. Pour faire des économies, il faut sortir la fonction publique des 35 h.

L’annonce déstabilise sans dessiner l’avenir. Les réformes, c’est maintenant ! Elles ne peuvent attendre 2021 !


Recueilli par Rémi Hagel


Rémi Hagel

Voir plus

Le journal
20 novembre 2020 - N° 47
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche