Publié le
Vendredi 3 février 2017

Ils inventent un déshumidificateur d’air pour optimiser le séchage du foin

Trop confiants, et jamais à court, les éleveurs ont vendu une partie de leur foin au printemps dernier. La sécheresse estivale est revenue comme un boomerang. “Nous avons dû racheter du foin séché aux champs. Mais on voit clairement la différence avec le nôtre (plus vert). Les vaches aussi : elles font le tri.”
Trop confiants, et jamais à court, les éleveurs ont vendu une partie de leur foin au printemps dernier. La sécheresse estivale est revenue comme un boomerang. “Nous avons dû racheter du foin séché aux champs. Mais on voit clairement la différence avec le nôtre (plus vert). Les vaches aussi : elles font le tri.”

Le Gaec des Rossignols, à Saint-Thomas-de-Courceriers, a fait découvrir son séchoir à fourrages, jeudi 26  janvier. Depuis quelques années, les agriculteurs ont complété l’installation par un déshumidificateur d’air maison. Et ont gagné encore en qualité de foin.

Dans les séchoirs à foin, les déshumidificateurs d’air sont en vogue. Leur intérêt est de pouvoir sécher rapidement le foin (ou autres fourrages) dans les cellules, quelles que soient la matière sèche et les conditions de récolte. Pour les éleveurs qui pratiquent une fauche humide, afin de pouvoir conserver les feuilles, sources d’énergie, le système améliore encore la qualité du foin donné aux vaches. “C’est difficile à calculer, mais on pense avoir gagné 0,06 en UF”, témoigne Patrice Lefeuvre, l’un des quatre associés du Gaec des Rossignols.

Suppléer le séchage du toit


Le Gaec a installé son séchoir à foin il y a quinze ans. Il l’a équipé il y a trois ans d’un déshumidificateur d’air.

Frédéric Gérard



Frédéric Gérard
Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche