Publié le
Vendredi 13 septembre 2013

Gérard Vilain est le président national d

Gérard Vilain
est le président national de Générations Mouvement, la nouvelle dénomination des Aînés ruraux. L'association s'investit pour revaloriser la place des retraités et des personnes âgées dans la société et les représenter dans les instances où sont prises les décisions qui les concernent.

Si Générations Mouvement se félicite que la réforme gouvernementale n'ait pas retenu la hausse de la CSG, pour le reste, son président national se montre très déçu.

“Ce plan ne présente pas de vision d'ensemble mais est très habile en terme de communication.

Sur la forme, il affiche justice et équité avec une habileté remarquable mais, les annonces faites par Jean-Marc Ayrault sont anxiogènes. Il va falloir se battre, car rien n'est figé”. réagit Gérard Vilain.

Première déception : l'annonce de la revalorisation des pensions de retraite.

“Son report à six mois est présenté de façon anodine, mais c'est bel et bien une désindexation chaque année qui a été actée. A elle seule, cette première mesure va faire perdre tous les ans, jusqu'en 2020, entre 0,6 et 1% de pouvoir d'achat aux retraités”.

Si l'association ne conteste pas le fait que les retraités contribuent à l'effort national, elle souligne l'injustice de la réforme.

“A eux seuls, les 15 millions de retraités français supporteront le tiers des efforts demandés par rapport aux 26 millions d'actifs et aux employeurs. C'est-à-dire qu'on va nous demander un effort individuel double par rapport au reste de la société” explique le président du mouvement.

A propos de la fiscalisation des compléments familiaux pour les retraités ayant élevé au moins trois enfants.

“On peut discuter, mais les retraités ont largement contribué à la politique familiale dite nataliste, et on les remercie en taxant leurs enfants” poursuit Gérard Vilain.

“Elle aura un impact majeur, particulièrement sur les retraites les plus modestes et entraînera pour les personnes très proches du seuil de taxation une imposition sur le revenu”.

Ces nouvelles mesures entraîneront une perte de pouvoir d'achat qui s'ajoute aux différents efforts déjà demandés aux retraités.

“Depuis le 1er avril, les retraités sont déjà soumis à la contribution additionnelle de solidarité pour l'autonomie prélevée à hauteur de 0,15% (0,3% en 2014).

A cela s'ajoute la sous-indexation des retraites complémentaires pour les seuls salariés du privé” conclut Gérard Vilain.

“Avec cette réforme, un retraité sera deux fois plus pénalisé qu'un actif”

Voir plus

Le journal
30 octobre 2020 - N° 44
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche