Publié le
Vendredi 20 novembre 2020

“En pâturage d’hiver, mes vaches produisent deux litres de plus par jour !”

Philippe Jaunet	: "Quand on perd deux mois de pâturage l’été avec le réchauffement climatique, c’est bien de récupérer cela...
Philippe Jaunet : "Quand on perd deux mois de pâturage l’été avec le réchauffement climatique, c’est bien de récupérer cela l’hiver."
Article réservé aux abonnés

A Yzernay, près de Cholet (Maine-et-Loire), Philippe Jaunet, éleveur laitier bio, expérimente le pâturage hivernal pour ses 25 vaches. L’état de ses prairies ne s’est pas dégradé, et la production laitière de ses vaches a progressé.

Depuis près de vingt-cinq ans qu’il est installé, Philippe Jaunet a toujours mis ses vaches au pâturage le plus longtemps possible. Les deux derniers hivers, il a sauté le pas : pas un jour de l’année sans brouter. "L’idée c’est d’avoir toujours de l’herbe fraîche dans la ration, de la ramasser quand elle est là."

Le pâturage s’inscrit évidemment dans une logique d’autonomie alimentaire. Il s’agit bien d’arrêter totalement la distribution de concentrés. En fait, l’herbe pâturée constitue le...

Article paru dans "L'Avenir Agricole" du 20 novembre 2020 - N° 47
(Version numérique 1,90 €)
(Profitez de tous les avantages abonnés)
Déjà abonné ?Se connecter
Le journal
27 novembre 2020 - N° 48
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche