Publié le
Vendredi 28 août 2020

Élevage de canards ciblé par L214 : trois sites ferment après des contrôles

Par contrôles complémentaires à ma demande, ce n’est pas un mais trois sites du même exploitant qui sont fermés à Lichos et dans les Landes”, a annoncé le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie sur Twitter le 21 août. La veille, L214 avait diffusé une vidéo dans laquelle elle dénonçait une situation “totalement hors de contrôle” dans un des bâtiments de cet exploitant, situé à Lichos (64) : canards vivants côtoyant des animaux “morts en état de putréfaction, parfois même à l’état de squelettes”, sol “recouvert d’une couche de 15 cm d’excréments”, etc.

“Ce flot de déjections s’écoule également à l’extérieur, à proximité d’un cours d’eau classé Natura 2000”, précise l’association. “Sur la partie extérieure, le lisier qui se déverse, c’est la vérité”, reconnaît l’éleveuse, “mais tout ce qui est cadavres, asticots et tout le reste, c’est faux”. Aurore Vidal a indiqué à l’AFP qu’elle compte porter plainte pour “diffamation et entrée par effraction” contre L214.

De son côté, réagissant dans un communiqué le 20 août, le Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (Cifog) “condamne fermement les conditions décrites par cette vidéo”. L’interprofession du foie gras pourrait se porter partie civile “dans le cadre d’une éventuelle procédure judiciaire engagée par l’Etat”. Une possibilité qu’évoque aussi l’IGP canard à foie gras du Sud-Ouest (dont faisait partie l’élevage incriminé), dans son propre communiqué du même jour.

Un site non déclaré et un site à l’abandon

L’IGP “demande la suspension immédiate de cet élevage à titre conservatoire, dans l’attente des résultats de l’inspection diligentée ce matin par les services de l’État”. Le 20 août, la préfecture des Pyrénées-Atlantiques a annoncé “l’interdiction totale et immédiate d’exploiter […] jusqu’à sa remise aux normes” pour ce bâtiment, avant de “suspendre toute activité sur ce site” le lendemain. Après avoir poursuivi les investigations, les enquêteurs ont en effet “constaté d’autres non-conformités au plan sanitaire et en matière de protection animale”. De son côté, la préfecture des Landes a mené des “contrôles complémentaires sur des sites identifiés appartenant au même exploitant”.

Dans un communiqué du 21 août, elle indique avoir découvert et fait fermer un “site non déclaré” et un “site déclaré sans activité mais dont l’état d’abandon fait peser des risques sanitaires et pour l’environnement”. Enfin, d’après la préfecture des Pyrénées-Atlantiques, “une action pénale [contre l’exploitant] est également ouverte pour des délits envers les animaux”. Un vétérinaire s’est aussi rendu sur place le 20 août “afin d’examiner dans le détail l’état des animaux et prendre les mesures de sauvegarde nécessaires”.

Par ailleurs, L214 a demandé “un audit de l’ensemble des élevages de canards reproducteurs et couvoirs de la filière foie gras”. Une requête rejetée par la Rue de Varenne, pour qui “il faut lutter contre ces cas isolés mais, en aucun cas, jeter le discrédit sur toute une filière”.

Agrapresse

Voir plus

Le journal
23 octobre 2020 - N° 43
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche