Publié le
Vendredi 14 novembre 2014

Ecomiam veut imposer son modèle de distribution

Antoine Sauvaget, le dirigeant de l'entreprise, entouré des deux salariés qui font tourner le magasin Ecomiam au quotidien.
Antoine Sauvaget, le dirigeant de l'entreprise, entouré des deux salariés qui font tourner le magasin Ecomiam au quotidien.

"Tous nos produits sont 100 % français. La marque Ecomiam soutient les productions agricoles françaises et leurs filières locales, en proposant au consommateur des produits surgelés au meilleur prix” explique Antoine Sauvaget, directeur général de l'enseigne. Elle s'est spécialisée depuis deux ans dans la vente de produits surgelés de qualité, avec des prix bas toute l'année.="text-align:>

Situé à Carquefou en bordure de la route de Paris, le magasin de l'agglomération nantaise a ouvert ses portes en avril dernier. Cette huitième implantation renvoie à l'histoire familiale. “Mon grand-père, Paul Sauvaget, était agriculteur à Fresnay-en-Retz”, explique Antoine. Son père, Daniel, est le PDG de Tilly-Sabco. Les autres magasins sont situés en Bretagne, principalement dans le Finistère, le berceau de l'entreprise familiale.

Des prix bas toute l'année


Dans le magasin, pas d'emballage sophistiqué ni de publicité tape-à-l'œil. Les emballages sont vierges de toute publicité et des étiquettes lisibles guident le consommateur dans son acte d'achat. Sur une surface de 300 m2, Ecomiam propose environ 120 références de viandes, poissons, légumes et desserts.

Pour chaque produit, une étiquette qui indique le partage des revenus entre la filière de production et Ecomiam. “Nous ne faisons pas de promo car elles ne sont pas toujours comprises par le consommateur. A quoi bon lui faire bénéficier de remises allant jusqu'à 20 % voire plus, si c'est pour vendre à prix fort le reste de l'année ?”poursuit Antoine Sauvaget. “A Ecomiam, nos marges sont fixes et nous développons une vraie relation de partenariat avec nos fournisseurs.”


Proposer au client ce qu'il demande


Sur un mur, un espace collaboratif permet aux clients de laisser leurs impressions ou de formuler des demandes. “Avec eux, on cherche à faire évoluer le projet. Notre offre de produits est révélatrice de ce qui est utilisé en cuisine en France aujourd'hui. On ne fait pas de publicité : on compte sur le bouche-à-oreille.”

Ecomiam va poursuivre son développement sur le Grand-Ouest. “Notre taux de progression est très fort. On devrait atteindre les 7 M de chiffre d'affaires en 2014, contre 4,5 M l'an dernier et 2 M en 2012. On ne souhaite pas tomber dans le système de la franchise, une logique capitalistique qui serait contraire à notre histoire familiale”conclut Antoine Sauvaget.

="text-align:>


Christian Evon="text-align:>


="text-align:>
Christian Evon

Voir plus

Le journal
3 juillet 2020 - N° 27
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche