Publié le
Vendredi 26 juin 2020

Des truies plus confiantes vis-à-vis de l’homme, c’est plus de porcelets nés et sevrés

Les truies en groupes de huit à dix sont moins confiantes vis-à-vis de l’homme que celles des groupes de taille supérieure à vingt.
Les truies en groupes de huit à dix sont moins confiantes vis-à-vis de l’homme que celles des groupes de taille supérieure à vingt.
Article réservé aux abonnés

Une récente étude menée par l’Institut français du porc (Ifip) démontre qu’une meilleure relation avec ses truies et cochettes influe sur les résultats zootechniques.

Le nombre de porcelets nés et sevrés est plus élevé chez les truies confiantes vis-à-vis de l’homme. C’est l’un des principaux enseignements de l’étude. Les éleveurs ayant une relation plus importante avec leurs animaux sèvrent 12,8 porcelets par truie contre 12,5 pour les autres. “C’est un résultat significatif”, constate Valérie Courboulay, qui a coordonné l’étude.

Si les truies sont moins stressées, il est plus facile de détecter les chaleurs, d’inséminer au bon moment, etc. L’analyse...

Article paru dans "L'Avenir Agricole" du 26 juin 2020 - N° 26
(Version numérique 1,90 €)
(Profitez de tous les avantages abonnés)
Déjà abonné ?Se connecter

Voir plus

Le journal
10 juillet 2020 - N° 28
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche