Publié le
Vendredi 22 juillet 2016

Des trésoreries exsangues

D’après lui, “on ne fera pas 37 millions de tonnes” de blé tendre en France comme annoncé la veille par Agreste, dont les prévisions remontent à mi-juin quand le potentiel était encore bon. Ces chiffres “basés sur des calculs au 15 juin, sont probablement déjà dépassés par l’évolution du climat” au cours de l’été.


Un rendement moyen à médiocre



Arvalis a indiqué pour sa part “une probabilité de rendement moyen à médiocre et très contrasté” pour les céréales à paille. Son directeur Recherche et développement, Jean-Paul Bordes, a misé sur “un rendement moyen national inférieur à la moyenne des cinq dernières années, avec de fortes variations entre régions et entre parcelles” d’une même zone. Son premier bilan de la moisson, teinté d’une certaine prudence, montre un risque au niveau de la fertilité de l’épi, moins pour le nombre de grains “plutôt moyen” que pour le PMG (poids de mille grains), cause d’un faible PS (poids spécifique). La récolte 2016 bénéficie de facteurs positifs, à savoir un potentiel très élevé jusque fin mai, une alimentation hydrique favorable en petites terres, une absorption de l’azote plutôt bonne, peu d’excès de température lors du remplissage.


Viennent en contrepoids “pas mal d’accidents”, d’après Jean-Paul Bordes : en premier lieu, l’excès d’eau en terres peu drainantes, mais aussi un très faible ensoleillement sur une longue période, une forte pression des parasites et maladies (rouille jaune, jaunisse nanisante de l’orge, fusariose, etc.).



L’orge à la peine



L’orge d’hiver est la culture la plus pénalisée, d’après Arvalis. Son rendement est annoncé “modeste”, inférieur à la moyenne quinquennale. Le PS et le calibrage ressortent à des niveaux “faibles à très faibles” et la teneur en protéines “moyenne à élevée”. Un scénario identique se dessine pour l’orge de printemps, avec un PMG “assez faible”.



Les EDT concernées



Derrière, la filière va pâtir de la situation : “L’équilibre de nos entreprises est directement impacté par le résultat financier de nos clients agriculteurs” rappelle Gérard Napias, président de la Fédération nationale des entrepreneurs des territoires.


Voir plus

Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche