Publié le
Vendredi 19 avril 2013

Des OP Lactalis se regroupent dans l'Ouest

Mardi, les poducteurs de lait livrant à Lactalis dans l'Ouest ont validé une nouvelle organisation verticale, commune à toutes les organisations du périmètre du bassin Grand-Ouest. Même si certaines n'y adhèrent pas, comme la délégation Bridel ou le groupement de Laval. De même que France Milkboard Ouest, qui se veut une OP transversale. L'APLBL a changé de nom, pas d'initiales. Il ne s'agit plus de “l'association des producteurs de lait bretons livrant à Lactalis” mais de “l'association des producteurs de lait Lactalis de Bretagne et Pays-de-la-Loire”. Après avoir obtenu son agrément OP, en décembre dernier, l'organisation qui revendique un millier d'éleveurs adhérents de Bretagne mais aussi de Loire-Atlantique, a changé de vitesse. Elle va ainsi intégrer trois autres associations, des groupements voisins : ceux de Craon (Mayenne), de Fougerolles et la Ligérienne (Maine-et-Loire). “Il y a un an et demi, on pensait qu'on pourrait emplier les OP dans une association, mais ce n'est pas possible”, explique Léandre Georget, alors nommé président de la fédération des OP de l'Ouest. “Finalement, on adhère tous à une OP par bassin.” Du moins pour l'Ouest. “Une OP non commerciale”, insiste-t-il. Les producteurs espèrent ainsi pouvoir peser davantage auprès de leur collecteur. Il s'agit de la branche Ouest de l'Unell, l'union nationale, qui pourrait représenter la moitié des 14500 producteurs Lactalis de France. Ce vendredi, l'Unell présidée par Sébastien Amand, doit d'ailleurs négocier avec la direction du groupe, principalement pour faire évoluer la clause de sauvegarde inscrite par l'entreprise dans les contrats.

Voir plus

Le journal
22 mai 2020 - N° 21
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche