Publié le
Mercredi 24 juin 2020

Des matériaux attractifs pour les porcs à tous les stades

En post sevrage, plusieurs porcelets peuvent mâchouiller le morceau d’acacia placé à l’horizontal. (photo Evel'up)
En post sevrage, plusieurs porcelets peuvent mâchouiller le morceau d’acacia placé à l’horizontal. (photo Evel'up)

La coopérative bretonne Evel’Up a étudié les matériaux d’enrichissement du milieu de vie des porcs. Morceaux d’acacia à disposition des truies gestantes et des porcs en engraissement et étoile en amidon et bois en post-sevrage ont clairement montré un intérêt zootechnique.

Depuis la récente évolution réglementaire, la chaîne métallique placée dans les cases en gestante, post sevrage et engraissement ne suffit plus pour satisfaire les besoins des animaux. La nature des matériaux à utiliser a été définie tout comme leur nombre en vue de diminuer la compétition.

A Landivisiau (Finistère), Evel’Up n’a pas attendu ces précisions pour se pencher sur la question. Dès 2018, la R & D a étudié les matériaux d’enrichissement organiques sur plusieurs bandes, à chaque stade physiologique, de la verraterie à l’engraissement. La paille a été écartée d’emblée car peu compatible avec des systèmes d’élevage sur fosse à lisier, majoritaires en Bretagne. Le bois placé dans un tubulaire fixé à une paroi n’a pas été retenu non plus. “Une étude antérieure a démontré sa faible attractivité”, justifie Maëliss Brunon, responsable R&D d’Evel’Up. La coopérative s’est focalisée sur deux matériaux : le bois et les étoiles en amidon de maïs compressé et bois. L’acacia a gagné la palme parmi les essences testées préalablement. “Il ne présente pas d’échardes pour ne pas blesser les animaux, il n’est ni trop tendre pour limiter les renouvellements, ni trop dur pour conserver un intérêt pour les porcs.” Autre atout, sa faible porosité évite la contamination des pathogènes entre bandes. “L’acacia se nettoie et se désinfecte bien.”

Des pavés de bois standardisés

La forme choisie pour l’acacia est le parallélépipède rectangle long de 30 cm que l’on suspend à une chaîne. Des sections de 30 x 40 mm en post-sevrage et de 50 x 70 mm en engraissement et en gestante. “Ce calibrage est un compromis entre l’usure, le côté manipulable et la nécessité d‘être facilement standardisé par une scierie.” Les matériaux doivent être préhensibles par des animaux couchés. Ils sont donc placés à 20 cm du sol en post-sevrage, 30 cm en engraissement et 40 cm en gestante. Leur position centrale, au milieu de la case permet à plusieurs cochons de jouer simultanément.

S’il est fixé sur une paroi, l’objet doit être déporté à l’aide d’une corne de bélier par exemple, afin d’être plus accessible. En engraissement et en gestante, la position verticale évite une usure excessive du morceau de bois. “A l’horizontal, il faut le changer toutes les semaines !” A l’inverse, un positionnement horizontal est préférable pour les porcelets en post-sevrage. “Le matériau est alors manipulable par plusieurs individus.” Cela dit, l’élément plébiscité en post-sevrage est l’étoile en amidon et bois. “Elle est déformable et accessible par plusieurs animaux. On a remarqué une forte attractivité pour cet objet.”

Résiste plus ou moins longtemps

Question durée de vie, l‘étoile supporte trois bandes de porcelets en post-sevrage tandis que le bois tient six mois à un an. Des tests sanitaires ont permis d’assurer que les objets ne sont pas vecteurs de contamination entre bandes. L’acacia résiste sur une bande en engraissement, ou moins en fonction de la fréquence de manipulation par les cochons. Et deux semaines à un mois en case de truies gestantes. “Le bois est entièrement consommé, il ne reste que l’attache.”

Ces dispositifs ont un coût pour l'éleveur : 2,95 euros HT le morceau d’acacia, 8,35 € HT l’étoile et sa chaîne de suspension, et 4,26 € HT l’étoile seule.

Si l’intérêt zootechnique est confirmé, étoile et bois ne suffiront pas à arrêter de couper la queue des cochons. “C’est une aide a minima. Il faut y ajouter des contrôles et beaucoup de surveillance.”

Sans oublier les truies isolées

En maternité, le sac de jute pour une truie fonctionne bien sur la durée d’une bande. “Cela atténue l’agitation, l'agressivité et favorise les comportements de nidification surtout pour les cochettes.” Quant aux truies en verraterie, elles ne disposent d’aucun matériau à ce jour.

En prévision d’une évolution de la réglementation pour ces truies, Evel’up a testé un jouet en amidon et bois qui se clipse sur le tubulaire. “Elles le manipulent mais le bénéfice zootechnique est difficile à démontrer.” L'analyse des observations est en cours. A suivre...

Sabine Huet
Le journal
30 octobre 2020 - N° 44
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche