Publié le
Vendredi 18 mars 2016

Demande soutenue pour les conversions

“On s’attache au côté humain, pour permettre à l’agriculteur de réussir ses objectifs. En agriculture biologique, il y en a qui s’en sortent très bien. D’autres non, car c’est un système très exigeant techniquement” explique Sébastien Jeantils, conseiller bio CER France 44. L’accompagnement, c’est d’abord l’accueil et l’écoute. Puis les visites sur l’exploitation, la diffusion d’informations sur les démarches administratives. Et enfin, la réalisation des diagnostics conversion. “On va regarder les indicateurs de comptabilité - gestion, et voir s’il y a des marges de progrès ou non. La marge brute est étudiée par atelier. L’analyse de la marge nette sur coût de revient permet de vérifier que les moyens sont bien en adéquation avec le coût de production” détaille Sébastien Jeantils, qui réalise les diagnostics avec l’appui technique du Gab 44. Les questionnements des candidats à la conversion permettent aussi de mieux cibler le contenu des formations. Lors de son assemblée générale du 2 mars, le Gab 72 a vu émerger des demandes portant sur la maîtrise des cultures, la production fourragère, l’enherbement et la vie du sol. En Sarthe, les deux premières formations de l’année, organisée conjointement avec la chambre d’Agriculture, ont fait le plein : vingt-cinq personnes par groupe. Pour gérer l’afflux de demandes, le groupement sarthois va recruter un animateur supplémentaire, tout comme son voisin mayennais, le Civam Bio.


Formation et accompagnement


Voir plus

Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche