Publié le
Vendredi 4 octobre 2013

Claas célèbre ses 100 ans

Le constructeur allemand Claas fête cette année ses 100 ans. En 2003, il prenait le contrôle de l'usine de tracteurs Renault du  Mans.

Pour ses 100 ans, le groupe Claas a confié à ses concessionnaires français le soin de fêter l'événement avec les clients, il y a quelques jours. L'usine de tracteur du  Mans a fêté l'anniversaire à part, avec les familles des salariés. En effet, l'entreprise Claas a été officiellement créée en 1913 mais son véritable essor commence après la guerre avec le brevet pour le bec noueur pour lieuses déposé en 1921. Le progrès technique va vite et dès 1936, la marque présente la première moissonneuse-batteuse “MDB”, adaptée pour toute l'Europe. Le constructeur crée déjà en 1946, la moissonneuse à flux transversal et longitudinal combiné, technique qui reviendra au goût du jour au milieu des années 2000. Mais la première moissonneuse-batteuse automotrice n'arrive qu'en 1953. A l'époque, le quintal de blé vaut autant que 180 l de gasoil. Et Renault connaît le succès avec des tracteurs de 16 à 35 CV. Claas diversifie ses activités et lance sa première ensileuse en 1973. En 2003, il ajoute les tracteurs à sa gamme en devenant actionnaire majoritaire de Renault agriculture. L'usine du Mans va désormais bénéficier du réseau international de son nouveau propriétaire pour se développer.

Une entreprise familiale

Claas est restée une entreprise familiale tout en se développant à l'international, avec des usines aux Etats-Unis, en Russie, en Inde, en Hongrie et en France. Sur les 9 000 salariés du groupe, environ 1 000 travaillent dans la recherche et le développement. “Chaque site de production dans le monde dispose de ses propres services de recherche et de développement,” expliquait Hermann Garbers directeur général de Claas dans un communiqué. “Chacun peut adapter ou développer de nouveaux produits. Mais les différents sites mettent en commun leurs travaux, données et procédés sur une base commune pour la totalité du groupe.”


Faire des machines de plus en plus intelligentes

L'objectif du groupe est de continuer à améliorer sans cesse ses machines. “Pour récolter une tonne de blé, une moissonneuse-batteuse moderne n'a besoin que de la moitié de l'essence qu'elle consommait il y a dix ans,” poursuivait Hermann Garbers. “Ce sont des économies pour l'agriculteur et des émissions de CO2 en moins pour la planète.” Efficacité, fiabilité des machines mais aussi agriculture durable. “Mais maintenant l'actualité tourne plutôt autour du développement des machines encore plus intelligentes et de leur mise en réseau”… sans aller toutefois jusqu'à remplacer complètement l'être humain. “Des tracteurs sans équipage sur des champs libres, c'est techniquement possible mais beaucoup trop coûteux en termes de sécurité.”


Christophe Zapata


Christophe Zapata

Voir plus

Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche