Publié le
Jeudi 12 novembre 2020

“Bio pratiquent” maraichage : le double effet biodiversité

Dans les parcelles de Philippe Serrier, les interrangs sont enherbés.
Dans les parcelles de Philippe Serrier, les interrangs sont enherbés.
Article réservé aux abonnés

Les mesures favorisant la biodiversité (1) — haies, espaces non cultivés, pas de pesticides de synthèse — ont également un impact fort sur la qualité de l’eau. L’exemple dans l’exploitation de Philippe Serrier, à Saint-Etienne-du-Bois (Vendée), présenté dans le cadre d’un Bio’Pratiquent.

L’exploitation de Philippe Serrier, installé depuis 2008 et certifiée bio, s’étale sur 6 hectares répartis entre 3 hectares de cultures plein champ, 3 800 m2 sous abris (six abris) et un étang de 2 500 m2 au centre de la ferme. L’environnement est celui du "bocage vendéen", un paysage "entièrement façonné par l’homme", a rappelé François Varenne, chargé de mission pour la LPO Vendée, qui se caractérisait par la multiplication...

Article paru dans "L'Avenir Agricole" du 13 novembre 2020 - N° 46
(Version numérique 1,90 €)
Déjà abonné ?Se connecter
Le journal
27 novembre 2020 - N° 48
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche