Publié le
Vendredi 24 janvier 2014

Berlin face à de nouvelles réalités

Particuliers ou pas, Outre-Rhin, les déboires du géant Vion laissent entrevoir une restructuration de l’abattage. Après une progression fulgurante dans l’agroalimentaire, ces dix dernières années, l’Allemagne a-t-elle atteint son apogée ? Bruxelles veut freiner ce dynamisme exacerbé en réclamant le durcissement de la réglementation sur les engrais organiques. La concentration des élevages, dans le Länder du nord en particulier, suscite de plus en plus d’opposition. Et la constitution d’une coalition à la tête du pays, avec les Verts, enfonce le clou. En devant aussi composer avec le SPD, Angela Merkel a dû ouvrir la voie à un salaire minimum ; la fin d’une “distorsion de concurrence” saluée, avec prudence, par les entreprises françaises, dans le secteur des viandes, notamment. 

Si l’économie allemande reste la référence dans l’UE, ces éléments sont à considérer au regard d’une croissance qui s’est tassée. Chez le plus gros mangeur de charcuterie d’Europe, la consommation de viande commence à reculer.

Frédéric Gérard


Frédéric Gérard

Voir plus

Le journal
22 mai 2020 - N° 21
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche