Publié le
Samedi 8 août 2020

Béliers Rouge de l’Ouest : une vente record

L'Alsacien Alfred Schaefer et le Mosellan Mathieu Grasse ont traversé la France d'Est en Ouest pour venir acheter des béliers reproducteurs Rouge de l'Ouest à la vente de Saint-Hilaire-du-Bois.
L'Alsacien Alfred Schaefer et le Mosellan Mathieu Grasse ont traversé la France d'Est en Ouest pour venir acheter des béliers reproducteurs Rouge de l'Ouest à la vente de Saint-Hilaire-du-Bois.

La traditionnelle vente de béliers Rouge de l'Ouest, jeudi 30 juillet à Saint-Hilaire-du-Bois, dans le Maine-et-Loire, a été un grand succès. Cent six des 130 reproducteurs présents ont été vendus : un record. Leur prix moyen était de 672 euros, et l’enchère la plus élevée à 1 620 euros.

Le respect scrupuleux des règles sanitaires n'a pas découragé les acheteurs, bien au contraire. “Du fait de la crise sanitaire, il n'y a pas eu de foires pendant plusieurs mois, comme celle de Bellac (Haute-Vienne) qui est le lieu traditionnel de commerce et d'échanges entre éleveurs”, souligne Sophie Vigner, assistante de direction à Géode, l'entreprise qui gère le schéma de sélection de la race Rouge de l’Ouest. “Cela a forcément joué sur la fréquentation enregistrée le jour de la vente. La promotion de l'événement a été à la hauteur. Il y avait pas mal de Belges et des éleveurs de différentes régions.”

Une première réussie pour un éleveur venu de l'Est

Eleveur en Moselle, Mathieu Grasse était l'un d'eux. “C’était la première fois que je venais à la vente, dans un contexte un peu spécial pour moi puisque je suis le petit nouveau. Je me félicite de tous les contacts pris sur place. J'ai côtoyé des responsables de la race et des éleveurs accueillants et chaleureux, soucieux de faire partager leurs connaissances.”

Pour ne rien gâcher, la qualité des animaux présentés à la vente était au diapason du nombre d'éleveurs participants, tous des acheteurs en puissance. Géode a fait ses comptes : 106 des 130 béliers ont été vendus, pour une moyenne de 672,83 euros.

Mathieu Grasse a flashé sur un bélier orienté viande, qu'il a acheté 720 euros. “Pour améliorer la qualité de mon produit viande, c'est le type de bélier que je recherchais. J’ai une petite exploitation, j’ai démarré dans ce schéma-là il y a quatre ans seulement. Je ne fais que de la vente directe avec une trentaine de brebis Rouge de l’Ouest, race que j’ai choisie pour sa rusticité. Il y avait du choix et en fonction de ses orientations de sélection, chacun pouvait trouver chaussure à son pied.”

Viande et qualités d'élevage

Depuis vingt ans, la Rouge de l’Ouest a été sélectionnée sur l’aptitude à la production de viande, tout en maintenant ses qualités d’élevage. Les deux lots de béliers présentés à la vente, tous nés en janvier et février 2020, avaient été contrôlés en station et la plupart indexés.

L'enchère la plus élevée a atteint 1 620 euros, pour un bélier né au Gaec Chauvé, à Yzernay. Il a été vendu au Gaec Pineau, de La Poitevinière, et restera donc en Maine-et-Loire pour poursuivre sa carrière de reproducteur.

Christian Evon
Le journal
23 octobre 2020 - N° 43
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche