Publié le
Jeudi 14 mai 2020

Baisse des cours de la viande bovine : le steak haché pointé du doigt

Fabrication de steaks hachés à l’usine Elivia. Pour l’Institut de l’Elevage, le prix du haché frais peut augmenter sans faire baisser la consommation. (photo d’archives)
Fabrication de steaks hachés à l’usine Elivia. Pour l’Institut de l’Elevage, le prix du haché frais peut augmenter sans faire baisser la consommation. (photo d’archives)
Article réservé aux abonnés

Depuis les mesures de confinement, la part du steak haché dans la valorisation d’une carcasse a grimpé en flèche, déstabilisant ainsi les cours du bœuf. Le ministre de l’Agriculture s’en est alarmé et a appelé l’interprofession à réagir. Explications.

Jusque-là, le steak haché était bien pratique pour assurer “l'équilibre matière” d’une carcasse. Il permettait de valoriser les bas morceaux. Mais avec la fermeture des restaurants, la vente de rumsteck et autres pièces nobles s’est effondrée, et la hausse de la consommation de steak haché a provoqué un déséquilibre préoccupant.

“Les grandes surfaces ont eu tendance à simplifier leur gamme à outrance notamment par manque de main-d’œuvre”, constate Philippe Chotteau, chef du service économie de l’Institut de l’Elevage (Idele). La...

Article paru dans "L'Avenir Agricole" du 15 mai 2020 - N° 20
(Version numérique 1,90 €)
(Profitez de tous les avantages abonnés)
Déjà abonné ?Se connecter
Le journal
29 mai 2020 - N° 22
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche