Publié le
Vendredi 9 mai 2014

Apporter sodium et bicarbonate à la mise à l'herbe

La sub-acidose est fréquente pour les vaches laitières à l'herbe. Insuffisamment pourvue en sodium, l'herbe présente aussi un risque d'excès de potassium par rapport aux besoins de l'animal. Ces caractéristiques minérales particulières nécessitent une correction nutritionnelle, comme le préconise le laboratoire Solvay (voir ci-dessous).
Pour l'éleveur, il s'agit d'assurer efficacité alimentaire et sécurité ruminale dans cette phase sensible que constitue la mise au pâturage. Pauvre en cellulose et riche en énergie très fermentescible, l’herbe jeune provoque une grande production d’acides gras volatils avec un risque d’une forte baisse du pH du rumen. La rapidité de l’ingestion au pâturage, la faible rumination et la réduction du bicarbonate apporté par la salive facilitent l’installation de l’acidose ruminale.


Variation du sodium :
un creux en été



Rapidement, le pH ruminal sera inférieur à 6, avec de nombreuses heures en dessous de 5,8. Baisse du lait, baisse du T et boiteries en seront les conséquences. La teneur minérale de l'herbe dépend de nombreux facteurs comme le type de sol, l'intensité de la fumure et les conditions climatiques. Une étude suisse a mis en évidence la baisse en période en juillet et août de la variation alimentaire, et donc du bilan alimentaire
cation-anion (BACA).


Le bicarbonate de sodium pur en tant qu'ingrédient standard de la ration est la solution la plus simple, la plus efficace et la moins coûteuse. Le fonctionnement du rumen de la vache repose sur un équilibre fragile. Chez les vaches laitières à haut rendement, une perturbation de la flore du rumen, et donc une acidification de ce dernier, est une menace permanente. La cause du problème réside souvent dans l’alimentation. Toute modification soudaine de la ration représente un risque potentiel.



Les signes qui doivent alerter l'éleveur



L’acidose subclinique du rumen entraîne une baisse de la production et provoque un impact sur la santé des sabots et la fertilité. Son coût peut atteindre plusieurs centaines d’euros par vache. Prévenir l’acidification du rumen est donc intéressant. Des signes doivent alerter l'éleveur : diminution de l'activité du rumen, baisse du lait dans le tank et moindre rumination des vaches. De plus, beaucoup d'animaux sont couchés, sans rumination, la tête contre le flanc.


Voir plus

Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche