Publié le
Mardi 24 mai 2011

Ah le Saint-Fiacre ! ça se déguste

Les deux fromages créés par la coopérative des Eleveurs laitiers du Haut-Anjou, de Bierné (53), sont désormais en vente. Les producteurs se relaient pour assurer la promotion du Saint-Fiacre et de la Tomme des Closiers dans les supermarchés.Chaque samedi, les éleveurs font déguster leurs fromages dans les grandes surfaces de la région : le Saint-Fiacre depuis mars, rejoint par la Tomme des Closiers depuis la fin du mois d’avril. Le premier est une pâte molle de caractère, la seconde est plus ferme, mais également bien fruitée. Les tests menés à l’Intermarché d’Avrillé et au Leclerc de Château-Gontier avaient con-vaincu du potentiel de ces produits. “Ce qui nous manque aujourd’hui, c’est de nous faire connaître” explique Jean-René Pelluau, producteur à Azé. “Nous avons embauché des gens compétents dans leur domaine : fromager, commercial, etc. Mais nous savons que c’est à nous de faire la promotion de nos produits. Le plateau de fromage est tellement vaste… ““C’est important de venir vers les gens car quand le produit est dans le rayon, ils ne le voient pas. On est nouveau, il faut qu’ils nous repèrent” analyse Sonia
Giraud, agricultrice de Gennes-sur-Glaize.

Fromage relocalisé
Une assiette de fromages à la main, elle approche les clients du Super U de Sablé-sur-Sarthe. “Je leur explique que je suis agricultrice du secteur et qu’on a créé deux fromages.” Un argument convainquant : le consommateur n’a pas affaire à des animateurs qui pourraient aussi bien proposer du café que du rouge à lèvres. Il s’agit des producteurs en personne. “On n’a pas que notre produit à vendre, derrière c’est toute notre démarche” confie Jean-René Pelluau. “Je raconte notre histoire” confirme Sonia Giraud : les 30 exploitations (50 familles) qui décident de s’associer pour transformer leur lait, de le valoriser sous forme de fromages, de se différencier de la production industrielle prédominante dans le secteur avec un produit “qui a du goût, qui sort de l’ordinaire”. Aux plus intéressés, l’éleveuse peut rappeler les six années de mise en route, avec l’étude de marché, la mise au point des fromages, jusqu’à la création de la fromagerie. C’est une folle aventure, elle s’est passée à côté de chez nous.
La proximité est au cœur du projet, et donc de l’argumentaire. Avec les animations, les consommateurs “mettent un visage” sur le produit. L’objectif est bien de promouvoir un produit local. “C’est une production artisanale, donc plus chère. Les gens sont prêts à payer quand ils voient que c’est local. On sent même une attente” remarque l’éleveuse.

“Ah, le Saint-Fiacre !”
Effectivement, “à chaque fois qu’on fait une animation, on booste les ventes” constate Jean-René Pelluau. A la manière des poulets de Loué qui ont éprouvé cette recette depuis longtemps, les animations vont certainement s’inscrire dans le temps, même si les producteurs ne sont pas si nombreux et vont devoir maintenir leur motivation. “Parfois, je suis surprise que les gens ne connaissent pas encore les fromages”, sourit Sonia Giraud puisque pour elle et ses collègues, le sujet est omniprésent dans leur vie. Mais l’espoir est permis : “Certains consommateurs arrivent en s’exclamant : “Ah, le Saint-Fiacre !” Ils connaissent et aiment. Ça fait plaisir.”

A noter a Inauguration de la fromagerie le samedi 25 juin et porte-ouverte tout le week-end à l’occasion de la fête de Bierné.
a Les fromages sont vendus dans une bonne cinquantaine de sites entre Laval, Angers et Le Mans. On peut déguster les fromages, de 10 à 13 h, les samedis 21 mai au Super U de Craon (53) ; le 28 mai à celui d’Evron (53) et à l’Intermarché d’Argentré-du-Plessis (35) ; le 4 juin, au Super U d’Ernée et d’Andard (49) ; le 11 juin aux Super U de Bonnétable (72) et de Beaumont-sur-Sarthe (72).

Voir plus

Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche