Publié le
Vendredi 22 mars 2013

“Une évolution significative vers le verdissement”

Le vote du Parlement apparaît comme une défaite des écologistes qui voulaient durcir les propositions de la Commission­” commentait Claude Blumann­, le 15 mars, deux jours après le vote des députés européens (1). Mais, “il entérine la substance générale des propositions”, lesquelles représentent “une évolution significative vers le verdissement. Il y a une écologisation croissante des deux piliers”.


Le 2e pilier va croissant



Ce professeur émérite de l’université Paris­ II, rappelle que si le paiement de base du premier pilier représentera 70% du montant actuel, il est prévu que les 30% d’aides complé­men­taires soient soumises à des conditions environnementales plus strictes. Le texte introduit aussi les jachères (“surfaces d’intérêt écologique”). De plus, “le développement rural monte en puissance. Il représente 25% du total du budget aujourd’hui. On part de très loin : au début c’était 3-4%. Les exigences environnementales vont y être renforcées (biodiversité, eau, etc). Dans le 2e pilier, le changement climatique est un leitmotiv”.


“Certaines revendications écologistes proposaient carrément de supprimer la Pac.” Ceux-là doivent effectivement être déçus. Mais à l’échelle de l’Histoire, la préoccupation environnementale a parcouru du chemin. Claude Blumann observe l’évolution historique de la place de l’environnement en Europe. Le traité de Rome, fondateur de l’Union européenne en 1956, “n’avait rien prévu sur l’environnement. La Pac a pu se développer sans contre-feux”. La politique spécifique de l’environnement a été introduite par l’Acte unique européen en 1986. Et cette fois, de manière transversale : “L’exigence de protection de l’environnement doit être prise en compte dans toutes les politiques de l’Union européenne. Cela s’applique donc à la Pac.”


L’environnement se trouve présent à différents niveaux de la Pac. Mais aussi dans d’autres politiques, qui concernent les agriculteurs au plus près. La directive sur les installations classées ou l’inévitable directive Nitrates en sont la preuve.



Qu’une étape



“Ce vote du Parlement n’est qu’une étape.” Effectivement, le compromis du Conseil des ministres a suivi. Mais ce n’est pas terminé. Le calendrier évoque un accord final avant l’été ? “Ce n’est pas impossible, mais c’est très optimiste.” Les propositions de la Commission­ remontent déjà à octobre 2011.


Voir plus

Le journal
18 décembre 2020 - N° 51 - Notre dernier numéro
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche