Publié le
Vendredi 12 avril 2013

“Des producteurs très mobilisés autour de la q

“Des producteurs très mobilisés autour de la question de l'élevage”
Joël Limouzin
est le président de la FRSEA des Pays de la Loire. Il rappelle les enjeux de la mobilisation des producteurs devant les préfectures les 11 et 12 avril (à lire dans notre prochain numéro), dans le cadre du mot d'ordre national lancé par la FNSEA pour la sauvegarde de l'élevage.
C'est notre priorité en ce moment et les raisons pour que les producteurs se mobilisent ne manquent pas.” Il y a la question lancinante des coûts de production, l'épineux sujet des relations commerciales et le manque de compétitivité des entreprises, qui fragilise tout le secteur. Le tout dans un contexte de sur-réglementation dénoncé depuis des lustres par la
FNSEA. “Pendant deux jours, les trois quarts des départements français seront en action pour faire entendre à l'Etat notre forte inquiétude dans toutes les filières.” Le Grand-Ouest est très mobilisé. En Pays de la Loire, les cinq FDSEA ont appelé à des rassemblements devant les préfectures, jeudi soir et ce vendredi 12 avril.
“Depuis des semaines, dans le cadre des négociations commerciales, on met la pression sur la grande distribution pour qu'ils acceptent de passer une hausse à la vente des produits laitiers. Lundi, au cours de la table ronde sur l'avenir de la filière, il y a eu une première ouverture de la part des distributeurs” commente­ Joël Limouzin. “Mais toutes les enseignes n'ont pas la même vision sur le sujet et on demande une application à tous les produits laitiers. On a besoin de signes tangibles. On sera très vigilants pour que cette mesure s'applique dès le mois d'avril”.


“Les marchés laitiers sont meilleurs, mais prudence...”



Le président de la FRSEA affiche aussi sa prudence par rapport aux marchés laitiers. “Depuis quelque temps, leur situation est plutôt favorable mais là encore, il faut rester prudent­. La situation des viandes blanches est très tendue et on n'est pas dans un contexte de vision positive, comme celle qu'on pourrait avoir pour le secteur laitier. On nous avait dit à l'automne 2012 qu'un renversement des marchés était attendu mais l'espoir a été déçu. Notre grosse inquiétude, c'est le manque de lisibilité du secteur alors que ces productions (dinde, poulet, lapin et porc) occupent une place très importante dans l'Ouest. A l'image de la rencontre sur la filière laitière, les tables rondes de la semaine prochaine sur le porc et la volaille sont deux rendez-vous très importants.”



“On ne peut pas attendre
des décisions législatives”



“Il faut donner de la capacité à entreprendre au secteur de l'agroalimentaire pour que les entreprises retrouvent de la compétitivité. Dans l'Ouest, leurs réorganisations ne se sont pas faites en temps voulu et on le paie cash aujourd'hui” explique le Vendéen.


“Enfin, on sait que la révision de la LME prendra du temps avec le débat au Parlement mais on ne peut pas se permettre d'attendre des décisions législatives. Là encore, on va mettre la pression sur nos parlementaires et on demande à l'Etat d'aller plus vite” conclut Joël Limouzin.



Voir plus

Le journal
30 octobre 2020 - N° 44
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche