Publié le
Vendredi 7 juin 2013

“On peut faire carrière dans le salariat agricole”

Dans un département, la Loire-Atlantique, fortement employeur de main-d'œuvre, Benoît Berthomé a trouvé sa voie en tant que salarié.

“J'ai fait une école d'ingénieur avant de travailler en exploitation. J'ai eu plusieurs propositions pour m'installer, mais ça ne s'est pas fait.”

“Confronter les expériences”


Depuis de nombreuses années, il travaille dans une exploitation viticole du sud-Loire et il s'est réalisé dans son métier à travers la prise de responsabilités. “Avec trois autres collègues salariés, je suis membre depuis 2008 du conseil d'administration de la fédération des associations de remplacement.” Le SR44 est l'un des plus importants de France, avec ses 229 000 heures réalisées en 2011 et ses 140 ETP.

“Je suis aussi membre de l'Asavpa (1) et grâce à ça, j'ai eu la chance de voyager : je suis allé en Allemagne fin 2011 et j'ai un autre projet de voyage en Belgique, grâce à la fédération nationale. C'est un moyen formidable pour confronter les expériences” explique Benoît Berthomé. 


“Il y a des emplois à pourvoir mais le métier n'est pas assez attirant. Il y a encore beaucoup à faire en matière de formation car on manque de salariés qualifiés. Je ne me plains pas de ma rémunération et j'ai une qualité de vie appréciable. Les attentes des salariés peuvent être diverses, d'où l'importance de pouvoir s'appuyer sur de bonnes conditions collectives.”


Christian Evon


(1) Association des salariés agricoles.

Christian Evon

Voir plus

Le journal
22 mai 2020 - N° 21
Actualités
Flash Infos
Agenda
Annonces
Recherche